Hector


En 1980 (oui, je sais, il y a longtemps), j'avais acheté une HP-41C, the calculatrice la plus puissante du moment: on pouvait la programmer! Et elle conservait la mémoire quand on l'éteignait, si, si.



D'ailleurs, je m'en sers encore, elle marche très bien. Il a juste fallu que je refasse à l'imprimante 3D un nouveau coffre pour mettre des piles, les accus de l'époque ont bien sûr rendu l'âme depuis longtemps.

HP41C

N'ayant pas plus que ça de choses à faire à l'école en 1982, j'écrivais des petits programmes, et j'en ai un qui a été publié en 1983 dans un des principaux canards informatiques de l'époque (Internet n'existait pas, il fallait acheter des magazines en papier, mais si, mais si).

Il s'agissait d'Hector, un robot qui se déplaçait dans un dédale, enfin un labyrinthe 3D qui était généré automatiquement (et oui, déjà à l'époque), et qui vous poursuivait de salle en salle... Il avait l'avantage d'être très con, et donc il suivait l'algorithme de la main droite qui permet de sortir de n'importe quel labyrinthe (oui, je sais, il faut cependant que ce soit un mur qui touche l'extérieur, sinon il faut une craie pour faire une croix et changer de coté si on la rencontre).

C'était quand même un peu l'enfer pour les lecteurs, car il fallait laborieusement recopier tout le programme à la main... puis sauvegarder sur des pistes magnétiques.

Le plus marrant dans tout ça, c'est qu'ils n'avaient pratiquement pas changé une virgule du texte que j'avais proposé. Seuls les dessins étaient de leur cru. Pour la petite histoire, le nom était inspiré d'un film de l'époque, Saturn 3, avec Kirk Douglas (ouais, je sais, le père...) et Farrah Fawcett (seuls les vieux la connaissent, mais bon, c'était la top model de l'époque).

A l'époque, un peu d'argent de poche était le bienvenu!